Parc national de Gauja (Lettonie- Sigulda, Cesis, 29 juillet-2 Août)

Après une première escale à Riga dont le charme nous invite à repasser avant de prendre notre ferry pour l'Allemagne, nous partons nous installer au vert pour quelques jours sur les rives de la Gauja. Une jolie rivière qui serpente dans une magnifique forêt. Au programme : canoë, randonnée, visites... Nous commençons par visiter le musée de Turaida. Dans un parc agréable, qui fut jadis une vaste ferme noblière, le musée nous conduit des écuries, aux restes d'un château médiéval de brique rouge en passant par un sauna et une église protestante en bois. Nous bivouaquons sur une aire naturelle de camping sur les rives de la Gauja. Il s'agit en fait d'une aire de bivouac pour les canoéistes qui descendent la rivière. Et en ce week-end, ils sont nombreux à flâner sur la rivière. Un groupe établit son campement près de nous. L'occasion est trop belle: nous descendons notre canoë gonflable de notre coffre de toit et partons à tour de rôle en excursion sur la rivière. Je décèle rapidement la présence de castors. Sur les plages de sable, des taches marrons apparaissent. Leur odeur ne fait aucun doute: du castoreum (odeur de marquage territorial). Plus loin des branches écorcées et des tunnels dans la végétation témoignent de leur passage récent. Le soir venu, j'observerai plusieurs castors dans les environs. Margaux et Mathieu découvrent les traces de cette nouvelle découverte naturaliste. Le sable fin sur les bords de la rivière constitue une aire de jeu idéale pour les enfants qui barbotent pendant des heures. L'eau n'est pas très claire mais elle n'en est pas polluée pour autant comme en témoignent les voyageurs en canoë qui se baignent et se lavent dans la rivière. L'endroit se prête bien aux bivouacs et nous décidons de partir en expédition le long de la rivière: un sentier balisé est aménagé pour les randonneurs et les cyclistes et de nombreuses aires de bivouac pour canoéistes jalonnent le parcours. Ce matin, c'est tout heureux que nous partons sac sur le dos, tentes, duvets, popote et provisions dans la remorque que nous poussons sur le sentier... Mais notre excitation est vite gâchée par les moustiques, d'abord... Par la pluie, ensuite... Et enfin, par un chemin impraticable pour notre remorque. Demi-tour!...Nous sommes tous déçus. Notre première nuit de bivouac sous la tente n'aura pas lieu...

Autre rivage, même rivière du côté de Cesis. Même impression de nature vierge, la rivière serpente au milieu d'une vaste forêt. La nature semble s'imposer même au cœur des villes que nous traversons, que se soit à Sigulda ou bien à Cesis. Ces villes s'articulent autour de parcs arborés où il fait bon flâner et où les aires de jeux pour enfants recèlent de nouveautés à explorer...

IMG_0113 IMG_0120

IMG_0123 IMG_0165

IMG_0137   IMG_0172

IMG_0203   IMG_0240